//
vous lisez...
à lire, web

CONFERENCE

Crise de la presse : survivre en s’inspirant de Darwin

La conférence-débat du vendredi matin au Festival des 4 écrans portait sur l’apport du numérique à la presse écrite. Le débat s’est focalisé sur le futur des journaux et de l’information. Si tous les intervenants sont d’accord que rien ne sera plus comme avant, peu savent encore ce qu’il adviendra dans l’après.

«Les grands journaux sont des dinosaures en passe de disparaître. Certains vont évoluer pour se transformer en oiseaux, mais la majorité va mourir. L’avenir est aux petits mammifères, capables de s’adapter aux changements d’environnements », a déclaré Nick Bilton, chercheur au New York Times Research and Development Lab, en visioconférence depuis New-York. L’image peut sembler lugubre mais elle a été reprise plusieurs fois par les autres intervenants du débat. Chris Lloyd, rédacteur en chef du Daily Telegraph, va même juste qu’à citer Darwin : «Ce ne sont pas les modèles les plus forts qui survivront, ni même les plus intelligents, mais ceux qui sont les plus aptes au changement.»

Point de salut sans valeur ajoutée

Pour survivre à cette «crise du crétacé-tertiaire» de l’information, il faut donc changer. Le modérateur du débat et directeur de la rédaction de l’Expansion Bernard Poulet ainsi que les intervenants ont longuement questionné Nick Bilton sur son travail au NYT Lab. Ils semblaient attendre de ses réponses une solution à la crise actuelle, comme si le chercheur concoctait dans son laboratoire le vaccin qui permettrait à la presse quotidienne de survivre. Pierre Haski de Rue89 lui a demandé quel contenu pourrait être facturé aux lecteurs, Eric Villemin des Echos a souhaité savoir si les grands quotidiens garderaient autant de journalistes au sein des rédactions.  Parmi les voies de salut une en particulier émerge : la valeur ajoutée, à savoir un traitement de l’information approfondi et de qualité.  C’est l’atout le plus susceptible d’être monnayé  et de trouver un large public.

Diversifier les sources de revenus

La solution à la crise ne passera en tout cas pas par le gratuit, passé de mode comme l’a rappelé Eric Villemin. Ce dernier a préféré ne pas s’appesantir sur l’initiative du magnat des médias Rupert Murdoch, qui après avoir acheté le Wall Street Journal il y a deux ans avait rendu son contenu en ligne totalement gratuit. Il a changé totalement d’approche cet été en optant pour le tout payant.

Pas d’hésitations en revanche sur la diversification des sources de revenus, rendue nécessaire par la chute du marché publicitaire.  Rue89 s’y est déjà mis. Le « pure player » vit en partie de la création de sites internet pour des entreprises ou des collectivités, et compte bientôt proposer des services payants comme de la formation professionnelle. Il  ne renonce pas pour autant à attirer les annonceurs puisque des formes nouvelles de publicité vont être testées (deux nouveaux «murs»).

Aux Etats-Unis, des journaux plus chers et des rédactions réduites

Pour d’autres, le temps est moins à la diversification des recettes qu’aux économies. Les Échos ont ainsi suivi l’exemple du Daily Telegraph en créant une rédaction intégrée où chaque journaliste produit pour le papier, le net et le mobile. Aux Etats-Unis où les quotidiens sont à très bas coût et sont financés à 80 % par la publicité, le frein à la crise pourrait s’inspirer de la presse européenne et française, a expliqué Nick  Bilton : des journaux plus chers, moins dépendants du marché publicitaire, et des rédactions réduites.

Bernard Poulet a résumé l’ensemble des interventions en expliquant que le journal papier n’est plus aujourd’hui qu’un des éléments de la production d’information. Il est selon lui moins question de savoir comment les médias vont survivre que de garantir l’existence d’une information de qualité.

A la sortie de la conférence, l’optimisme n’était pas plus de mise que dans son livre : Ecoutez BernardPoulet

Thibault Chaffotte et Laurent Genin

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :